CHOISISSEZ VOS VACANCES

Votre destination

Voir sur la carte

MINES DE SEL DE BEX

Bex > Route des Mines de Sel 55
Une visite des Mines est agréable par tous les temps ! Visites individuelle-familiale De cet immense labyrinthe souterrain, quelques kilomètres sont actuellement visitables. Ce parcours permet de voir les éléments les plus spectaculaires et les plus caractéristiques des diverses techniques d'exploitation utilisées depuis la première galerie, creusée en 1684, jusqu'à aujourd'hui. Une présentation audiovisuelle, aménagée dans un ancien réservoir creusé en 1826, ainsi qu'une exposition, permettent de revivre toutes les étapes de trois siècles d'histoire du sel et de la mine. Puis, un petit train conduit les visiteurs au cœur de l'exploitation. De là, un parcours à pied d'une durée d'une heure, permet de découvrir l'incroyable effort accompli pour rechercher sous terre les sources salées, ou pour dessaler sur place de la roche contenant ce sel qui, à l'époque, valait de l'or. TrekkMines Aventure Partez à l'aventure et découvrez les vieilles galeries hors du circuit des visites traditionnelles et profitez des récits captivants de nos guides chevronnés : Remontez dans le temps sur les traces des mineurs du 17ème siècle et appréciez l'impressionnant travail entrepris entièrement à la main par nos ancêtres, voici plus de 300 ans. Tarifs : Adulte : 20.00 CHF Enfant (5 -15 ans) 12.00 CHF Tarif famille : 4.00 / enfant dès le 2e. Groupe : max 100 pers., au-delà nous consulter Réservation recommandée www.mines.ch/fr/visites Informations sous réserve de modifications /10.2014

Voir sur la carte

LE SENTIER DES CAPITELLES

Aramon >
Sentier de 5,2 km à la découverte de 14 capitelles parfaitement rénovées et entretenues, disséminées dans la garrigue. Accès libre.

Voir sur la carte

La cascade du Pain de Sucre

Surjoux > Le Parc
Le Pain de Sucre est une imposante stalagmite de tuf de 6 mètres de haut. Sa pointe est arrondie par l'eau de la Vézeronce qui l'arrose sans cesse depuis des siècles avec, à ses pieds, un bassin naturel d'eau claire.

Voir sur la carte

CASCADE DU CREUX DE L'OULETTE

La Chaulme > Le Creux de l'Oulette
Le site de la cascade du Creux de l'Oulette (diminutif du latin aulula, marmite) sert de contexte à de multiples légendes. L'une des plus célèbres, expliquant l'origine du Creux de l'Oulette, fait revivre les méfaits d'un seigneur de La Chaulme qui, suite à un pacte avec le diable se vit enseveli dans les entrailles en lieu et place actuel du Creux de l'Oulette. Et voilà pourquoi le Creux de l'Oulette n'a pas de fond, puisqu'il communique avec l'enfer (attention ne vous approchez pas trop près !)

Voir sur la carte

CAMARGUE SAFARI 4X4

Arles > Mazet de la Montlong Villeneuve
Au départ d'Arles ou des Saintes-Maries de la Mer Organisation de safari en 4x4 – Circuit 2h30 / 3h00 - Circuit 3h30 / 4h00 - Circuit à la Journée Découverte de la Camargue, safari guidé et commenté. Accueil de groupe et individuel

Voir sur la carte

Plage naturelle de sable fin

Excenevex > Avenue de la plage
EXCENEVEX séparée de Sciez par le Vion, elle a dû à sa plage en pente douce son premier peuplement sur les pilotis de l’âge de pierre. Et la même plage est encore la cause d’un essor touristique estival des plus remarquables qui s’en ira enflant au fur et à mesure que seront mieux connus les charmes balnéaires et botaniques de ses dunes lacustres uniques en Europe Occidentale. Dans la baie de Coudrée, partie la plus large du lac, des vents violents nord-est et sud-ouest soulèvent des vagues longues et creuses, celles-ci redistribuent en direction du fond de la baie les dépôts fin sous-lacustres installés sur des épaisseurs de 5 à 50 m, par-dessus les moraines de fond du glacier. Lorsque les sables sont à nu, le vent les entraîne à l’intérieur des terres, constituant entre l’embouchure du Foron et Excenevex un système de dunes exceptionnelles en Europe. LES DUNES : seules dunes lacustres dans toute l’Europe avec celles du lac hongrois Balaton, leur sable fin comme de la farine, aurait été déposé, il y a 12 ou 15 000 ans , par les remous du lac, sitôt après l’époque glaciaire, quand le courant du Rhône butait contre un seuil coupant le Léman entre la pointe d’Yvoire et Prangins ; la rupture de cette barrière en fit découvrir une partie que les vents modelèrent en une vingtaine d’ondulations sur 600 m de large puis que fixèrent des végétations allant des roseaux du rivage (maintenant détruits pour dégager la plage) à la véritable et vénérable pinède (allant jusque vers Coudrée) en passant par une flore qui en fait une "oasis de plantes spéciales" où les botanistes ont déjà découvert un grand nombre de spécimens asiatiques, une vingtaine d’espèces d’orchidées et, juxtaposition scientifiquement sensationnelle, la seule station française de la Renoncule Rampante arctique.Extrait du guide "Le Chablais touristique"(Edition du Messager de la Haute-Savoie 1964). L’hiver cette plage est le refuge d’une faune lacustre que les spécialistes viennent admirer : canards, cygnes, foulques, fuligules, grèbes, bécasseaux, barges, hérons, aigrettes... qui au moment des fortes bises, se reposent dans les eaux calmes du Vion, ce petit cours d’eau sinuant au travers du camping la Pinède, limite naturelle avec la commune de Sciez.

Voir sur la carte

Réserve Naturelle du Bout du Lac d'Annecy

Doussard > Bout du Lac Route de la vieille église
La réserve naturelle du bout du Lac est un espace humide traversé par deux cours d’eau, l’Eau Morte et l’Ire, qui alimentent le lac d’Annecy. Cette zone marécageuse située au sud du lac constitue un milieu de vie exceptionnel. Forêts humides, roselières, prairies humides, tourbières alcalines constituent cet écosystème et offrent une diversité favorable à l’implantation d’un grand nombre d’espèces animales ou végétales, communes, rares ou sensibles. L’intérêt majeur du site correspond à la présence de l’herbier subaquatique qui assure le développement d’une faune d’invertébrés et de poissons et également sur la roselière qui constitue un refuge pour le crapaud commun, un domaine protégé pour le castor d’Europe et pour les reptiles haut-savoyards. Sur les parties plus hautes de la roselière, on trouve des oiseaux nicheurs comme le bruant des roseaux, la locustelle tachetée ou les trois rousserolles. Le butor étoilé vient parfois compléter cette liste. Les oiseaux hivernants (fuligules morillon et milouin, lnette rousse) y passent la saison froide dans de bonnes conditions. Viennent ensuite les fourrés de saules cendrés et d’aulnes, les boisements de chêne pédonculé, les zones de cultures et prairies de fauche et la forêt galerie le long des cours d’eau. La diversité remarquable de ces biotopes favorise une flore remarquable. Parmi les espèces protégées figurent la gentiane pneumonanthe, l’ophioglosse (ou "Langue de serpent"), le séneçon aquatique, l’orchis odorant, l’inule de Suisse, le rossolis à feuilles longues, l’orchis de Traunsteiner, le séneçon des marais et le liparis de Loesel. Pour le bonheur du grand public, l’aménagement d’un sentier pédagogique permet de découvrir cette nature. Cela en fait une promenade idéale pour toute la famille.

Voir sur la carte

Gorges de l'Ardèche

Les Gorges peuvent être visitées sur le cours d'eau, en Canoë, kayak ou barque. Vous pouvez également les découvrir à pied en emprunatant le sentier de randonnées pédestres situé au fond du canyon. Et bien évidement vous pouvez suivre la route touristique, situé en haut de la corniche et admirer les nombreux point de vues depuis les belvédères. Trois temps géodynamiques permettent de comprendre l’histoire géologique de la Basse Ardèche Urgonienne : formation (genèse de la roche) ; déformation (dislocation) ; transformation (érosion). C’est un cycle que l’on retrouve à toutes les échelles de temps (géologique ou historique). La géologie permet de comprendre le fonctionnement du milieu naturel, particulièrement dans les gorges de l'Ardèche et sur les plateaux. Formation : Le massif calcaire s’est formé il y a -125 millions d’années (MA) lorsque la mer recouvrait la plus grande partie du Sud-est de la France, seul le cœur du Massif central émergeait alors des flots. Au cours du temps, les différents dépôts de sédiments (coquilles, restes de récifs, sables, limons…) se transformèrent en roche dure (diagenèse) et donnèrent différentes strates suivant leur composition. Un massif sous-marin de 300 mètres d'épaisseur fut ainsi formé, composé des calcaires dit de l’Urgonien (du nom de la localité de référence Orgon en Provence), lui-même peu à peu recouvert de sédiments. Déformation : Quelques millions d’années plus tard (il y a ~110 MA), la mer se retira peu à peu, laissant la place à un régime continental durant lequel une grande partie des derniers sédiments marins déposés furent érodés. L’eau continentale de surface s’est alors écoulée sur la pénéplaine ainsi dégagée, traçant les méandres d'un cours d'eau. Puis, durant le tertiaire (il y a ~60 MA), la croûte terrestre subit des déformations profondes qui conduisirent au soulèvement des Pyrénées et à la formation des Alpes. Le massif calcaire fut alors soulevé et fracturé, parfois sur quelques centimètres, parfois sur des kilomètres. La rivière a certainement eu une partie de son cours détournée par ces fractures. Transformation : Lors de la dernière phase, le principal facteur d’érosion est l’eau qui a pu pénétrer le massif calcaire le long des fractures. Elle allie à la fois une action chimique par dissolution du calcaire et une action mécanique par frottements et usure de la roche lors du transport de matériaux. Pendant les périodes de glaciations, le gel de l’eau infiltrée a provoqué une fracturation intense, fournissant l’Ardèche en débris rocheux et accentuant l’érosion mécanique. Différentes phases de creusement du canyon se sont succédées avec les variations du niveau de la Méditerranée : l’encaissement principal s’est produit il y a environ 6 MA en raison de l’assèchement presque total de la mer, créant ainsi les hautes falaises des gorges. La remontée de la mer dans la vallée du Rhône (~-5 MA) a entraîné une élévation du lit de la rivière. Ensuite, le soulèvement des plateaux a conduit à l’enfoncement de l’Ardèche jusqu’à un niveau proche de l’actuel (~-400 000 ans). En fonction des variations climatiques et du niveau de la mer, les gorges ont alors connu des stades de remblaiement et d’incision, façonnant des entablements calcaires ou terrasses.

Voir sur la carte

Le Gros Tilleul

Samoëns > Place du Gros Tilleul Chef-Lieu
Arbre emblématique de Samoëns, le Gros Tilleul a été planté en 1438 pour célébrer un jugement rendu par le Duc Amédée VIII de Savoie, confirmant aux habitants de Samoëns la possession des alpages de Frétérolle, Chardonnière, Vigny et Cuidex, situées dans la vallée voisine de la Manche. Arbre remarquable, par son âge et par son envergure, le Gros Tilleul constitue un véritable repère, célébré par de nombreux écrivains, poètes et musiciens locaux à travers les âges.

Voir sur la carte

Vallée de la Drobie

La rivière Drobie serpente au fond d'une vallée étroite. Dans ses eaux limpides vivent la loutre, le castor, la truite fario...Au bas de la vallée, sur les versants les mieux exposés, vignes et oliviers profitent de l'influence méditerranéenne. Sur ces versants les plus abrupts, les béalières (canaux ou sillons creusés dans le sol) distribuent l'eau dans les prés ou les châtaigneraies. De nombreuses sources sont aménagées en fontaines couvertes et voutées. Le châtaignier, "l'arbre à pain" de l'Ardèche, aux nombreuses variétés est cultivé en terrasses et couvre des versants entiers de cette vallée (notamment sur la commune de Beaumont). Schiste, granit ou grès au village de Ribes se retrouvent dans toutes les constructions, jusque dans les toitures en lauzes de schiste.

Voir sur la carte

LES FOSSES DE FOURNÈS

Paysage lunaire issu d'une importante sédimentation argileuse façonnée par l'érosion.

Voir sur la carte

Lagorce - Vallée de l'Ibie

Son cours d'eau est souvent à sec. Elle devient un long ruban turquoise, plein de force, déplaçant des tonnes de galets, lorsqu'enfin les pluies font surgir les eaux. Mystérieuse, la Vallée de l'Ibie révèle pourtant beaucoup de secrets lorqu'on la parcourt, close pendant des siècles, ne se laissant approcher seulement que par quelques sentiers, différentes sources de vie apparaissent (gisements ayant plusieurs millénaires avant notre ère, implantations de moulins au XVIè siècle, maisons aux XVIIIè et XIXè siècles). Enfin au XXè siècle, en 1968, grâce à la construction de la route qui relie Lagorce à Villeneuve de Berg, elle s'ouvre à la vie, au tourisme, elle se laisse découvrir et admirer, elle accueille petits et grands pour la baignade. Tout au long de ce manifique parcours on peut observer une végétation de type méditerranéen.

Voir sur la carte

Espace Naturel Sensible des Landes de Montagny

Il forme, avec deux autres ENS situés sur le territoire de la COPAMO (ENS du Bocage de Berthoud et ENS des Landes de la Pyramide), un ensemble plus communément appelé le plateau de Montagny. Il est caractérisé par la présence de cultures, de prairies naturelles et de landes. On y trouve de très nombreuses espèces animales remarquables telles que l’Engoulevent d’Europe ou l’Oedicnème Criard pour les oiseaux, le Triton Crêté, le Damier de la Succise et le Cuivré des Marais (papillons). La flore n’est pas en reste avec la présence notamment d’orchidées remarquables (Orchis à fleurs lâches). L'arrêté préfectoral de protection du biotope date de 1993. Qu'est ce qu'une lande ? Les landes diffèrent des prairies herbacées par une végétation plus dense avec la présence d'arbustes ou d'arbrisseaux. Elles peuvent prendre des aspects bien différents selon qu'elles se composent de genêts, de bruyères ou de prunelliers. A l'intérieur de cette épaisse végétation, se disséminent des petits secteurs de prés et des blocs de rochers. La plupart avait une vocation de pâturage. Localisés sur des sols pauvres, ces terrains ont peu à peu été abandonnés par l'agriculture. La végétation a alors évolué librement au cours du temps vers des milieux de landes. (extrait d'un document édité par le CREN "Les landes du plateau de Montagny - Pourquoi et comment les préserver").

Voir sur la carte

Les grottes de Montarquis

Creusées au pied d'une falaise, ces grottes vous permettront de prendre la mesure du travail d'erosion de l'eau sur le calcaire, sans oublier de profiter de la richesse en faune et flore de ce massif. L’exploration de la grotte est réservée aux spéléologues.

Voir sur la carte

Grospierres - Résurgence de la Font Vive

Grospierres > Font Vive
Résurgence de type vauclusienne au pied du village "le chastelas"" aujourd'hui en ruine. Ses eaux limpides et profondes de 9 à 10 m sont entourés d'une oasis de verdure. Lieu très calme et reposant.

Voir sur la carte

Cirque de la Roche Fauconnière

Giron >
Le cirque de la Roche Fauconnière fut classé le 18 aout 1936. A l'ouest des Hauts Crets du Jura, entre les vallées de la Valserine et de la Semine, s'étend une zone de hauts plateaux calcaires où l'érosion a mis en évidence des formes spectaculaires et remarquables. Ainsi, la Roche Fauconnière, qui entaille la foret de Champfromier, sur le territoire de la commune de Giron, présente une falaise calcaire de plus de150 m d'altitude au-dessus de la Semine et de plus de 1000m de développement horizontal. plusieurs exurgences y surgissent. Hormis son intéret géomorphologique et hydrogéologique, elle abrite une faune très diversifiée: grand tétras, buse, pic noir, faucon pélerin, chamois et lynx... La foret composée de sapins, épicéas et de hêtres renferme des plantes de type alpin et des espèces mycologiques variées. La Roche Fauconnière fait face au cirque d'Orvaz, vaste hémicycle qu'éventre l'anticlinal chevauchant les Bouchoux. Cet ensemble constitue un site dont le caractère sauvage est remarquable. Le paysage est composé en un face à face vertigineux de deux hémicycles rocheux dont l'axe de symétrie est matérialisé par le cours de la Semine, il est humanisé par la présence en fond de vallon du hameau et des prairies ouvertes d'Orvaz.

Voir sur la carte

LES DOLMENS DE LA GRANDE PALLIÈRE

Anduze >
Ensemble de plusieurs dolmens situé sur la crête de la Grande Pallière. Accès pédestre libre.

Voir sur la carte

La Pierre à Laya

Les Carroz-d'Araches > La Pierre à Laya
Ces blocs de roches déposés lors du recul des glaces au milieu des pâturages d'Arâches est un but de promenade apprécié. Un très beau point de vue est situé à proximité, en bordure de falaise.

Voir sur la carte

Observatoire du Lac du Bourget

L'accès à cet observatoire se fait lors des Sorties Natures organisées par la Frapna ou lors de visites guidées organisées pour les groupes.

Voir sur la carte

Le pont du diable

Sous ce pont, le torrent de Bellecombe est en effervescence et un précipice de 30 mètres s'ouvre sous vos pieds. Un canyon captera votre attention et vous pourrez observer des sportifs pratiquant le canyoning.

Voir sur la carte

La rivière du Giffre

Samoëns > village
En fond de vallée, le Giffre déroule imperturbablement ses méandres de galets et de graviers. Torrent de montagne alimenté par les innombrables cascades du Bout du Monde et du Fer-à-Cheval, le Giffre se fait étroit et profond dans les gorges des Tines pour se laisser gagner par ses envies de largesse plus en aval dans la plaine de Vallon. Là, ses rives et ses plages de cailloux et de sable donnent libre cours aux jeux d'eau, aux barrages éphémères et aux revigorantes baignades. Les amateurs de rafting, de kayak et d'hydrospeed peuvent s'en donner à cœur joie. Le Giffre ne s'arrête pas en si bon lit et alimente les deux plans d'eau de la base de loisirs. Un espace vaste et tranquille où l'on peut pêcher la truite, s'essayer au practice de golf aquatique ou partir à l'assaut du parcours accro-branche.

Voir sur la carte

Le Dolmen de Vaudragon

Larajasse > Vaudragon
Le dolmen est formé d'une pierre plate de 3m50 de diamètre et de 40 cm d'épaisseur. Les piliers le soutenant se sont renversés avec le temps. C'est, semble-t-il le seul dolmen connu dans le Rhône. Sur le même site, on trouve également des tables domléniques de grandes dimensions et une source d'eau ferrugineuse qui colore d'orange le petit ruisseau.Certains supposent qu'il y avait là un cimetière mais, le tombeau étant ouvert depuis fort longtemps, les fouilles n'ont rien révélé.La tradition fait de ces pierres druidiques des autels sur lesquels étaient célébrées autrefois des messes druidiques (sacrifices).

Voir sur la carte

Vallée du Chassezac

Les Gorges du Chassezac font partie du Vivarais cévenol, qui s'étend des garrigues ardéchoises jusqu'aux contreforts du Mont Lozère. Au début de son parcours, cette rivière creuse son lit dans les massifs cristallins ; elle traverse ensuite terrains gréseux et plateaux calcaires où elle forme de splendides gorges. Plages de sable et de galets entre profondes vallées, gorges et canyons. Les Gorges du Chassezac séduisent les adeptes des sports d'eau (baignade, canoë et canyoning), d'escalade ou de randonnée pédestre.

Voir sur la carte

La grotte à Carret

Pour cela, il se fait construire une maison, à l'entrée de la grotte, dans laquelle il séjourna sept étés de suite, devenant presque un hermite. Il espère, grâce à ses fouilles, ouvrir un musée. Ses méthodes de recherche ont fait de lui l’un des précurseurs de l'archéologie moderne.Au départ du parking de Lovettaz, promenade de 0h55. La grotte à Carret est un abri sous roche assez profond. A l'entrée de la grotte se trouvent les vestiges de la maison du Dr Carret qui a mené des recherches archéologiques.

Voir sur la carte

DÉFILÉ D'ARGENSOL

Ancient Roman road. Roman bridge. Free visit.

Voir sur la carte

Les meulières du Mont Vouan

On peut encore voir aujourd'hui, à l'endroit où les meules étaient extraites, de grands trous ronds de près de 2 m de hauteur dans la roche. Les deux plus importantes sont celles appelées : la grande gueule (ou grotte aux fées, ou grande meulière) ; et la meulière à Vachat, sur la falaise qui surplombe "La gouille aux morts". Le Vouan, petit massif de 978 m, était également traversé par le chemin des contrebandiers. Il était surtout la terre des fées et de nombreuses légendes courent à leur sujet. On raconte notamment que l'on peut y rencontrer une jeune fille donnant des feuilles qui se changent en or.

Voir sur la carte

LAC DE NAUSSAC

Mer intérieure de 1050 ha, le Lac de Naussac est un pôle essentiel pour des activités sportives et de découvertes. D’un environnement agréable et venté, il est à la fois un excellent outil pédagogique et un « spot » privilégié au funboard et au nautisme.

Voir sur la carte

Sauts de Charmine

Matafelon-Granges > Charmines
Site classé visible depuis un sentiers de randonnée au départ du lac, les sauts et les marmites de Charmine vous surprendront.

Voir sur la carte

Pont d'Arc

Vallon-Pont-d'Arc > 1 place de la Gare B.P. 5
Ce phénomène géologique est rare, mais pas unique en France ni dans le monde, mais ces autres cas sont néanmoins loin d'avoir les proportions du Pont d'Arc, qui est le plus monumental d'entre eux : le Pont d'Arc enjambe la rivière à 54 mètres de hauteur et sur 59 mètres de largeur. Par ailleurs, le Pont d'Arc est le seul cas en France d'arche de pierre surplombant une rivière encore en activité LA FORMATION DU PONT D'ARC : L'arche de pierre est le produit du travail de l'eau qui, après avoir taillé dans le calcaire un méandre sinueux, a fini par creuser dans l'axe le plus direct d'écoulement et donc par abandonner le tracé de l'ancien méandre. Cette action souterraine est également à l'origine de la formation des nombreuses autres cavités du site des gorges de l'Ardèche. UN PEU D'HISTOIRE : De tout temps le Pont d'Arc a été utilisé comme passage naturel d'une rive à l'autre. Le seul moyen de traverser cette partie de l'Ardèche était le gué de Chauvieux, entre Vallon et Salavas. Durant les guerres de religion, l'arche devient un lieu stratégique et particulièrement surveillé, tant par les protestants que les catholiques. Au XVIIème siècle un fortin est même construit sur la rive gauche pour que les soldats assurent la sécurité des lieux. En juin 1629, Louis XIII s'en allant signer la pais d'Alais, fit écrouler une partie du passage afin de réduire la résistance protestante. Malgré cela, le Pont d'Arc dut continuer à servir de voie aux habitants des deux rives, à tel point que l'idée d'une route empruntant son passage, pour créer une liaison directe entre Aubenas et pont St Esprit, fut imaginé à la fin du XVIIIè siècle. On imagine difficilement aujourd'hui une telle opération et l'on doit se féliciter, sans aucun doute, qu'un tel projet ait été abandonné ! LA LEGENDE DU PONT D'ARC : Le Pont d'Arc a une légende diabolique. Un jour, un seigneur de Sampzon se maria avec une jolie fille de Vallon. La belleétait coquette et les amoureux nombreux. Le châtelain jaloux enferma sa femme dans une tour élevée, située sur la plate-forme du rocher de l'Arc non creusé par les eaux. La belle y gémissait lorsque, un jour, un pélerin fort laid vint demander asile au châtelain. Ce dernier le fit entrer sans méfiance et accepta de lui montrer le beau paysage de la tour attenante à son manoir. Pendant que le seigneur discourait, le pélerin s'éclipsa, délivra la belle et fila vers le Rhône. Le seigneur les aperçut du haut de sa tour, disparaissant derrière la Combe. Aussitôt le jaloux tomba à genoux et pria le Bon Dieu des Maris de lui rendre sa femme. Son désir fut exaucé. Un bruit terrible se produisit, la montagne s'ouvrit, les eaux passèrent sous elle et portèrent les amoureux et leur barque aux pieds du seigneur. Comme celui-ci recevait sa femme dans ses bras, le pélerin se transforma en diable velu et cornu et il disparut avec une forte odeur de souffre.

Voir sur la carte

LES CONCLUSES DE LUSSAN

Lussan >
Le site des Concluses est inscrit à l'Inventaire des sites pittoresques du Gard. Situé à 7 km du joli village perché de Lussan. Les Concluses, gorges creusées par l'Aiguillon et le Merderis, sont dominées par de hautes falaises. Elles présentent, sur 6 km, "marmites de géants", baumes, portail, arche, belvédère...et ne sont accessibles qu'à pied.

Voir sur la carte

Alpage de Charousse

Si les chalets ne sont plus utilisés comme autrefois, ils ont gardés un caractère authentique, et des mesures de protection assurent l'avenir de ce coin d'histoire pastorale. Ici le panorama est somptueux, et s'ouvre sur tout l'alignement des hauts sommets du Mont-Blanc, de la parfaite pyramide de l'aiguille verte, aux contreforts du Mont-Blanc. En aval, c'est le massif calcaire des Fiz, qui annonce déjà les préalpes.

Voir sur la carte

Rocher de Sampzon

Vous pourrez y accéder facilement. Un parking est situé aux pieds du Rocher. Il existe également une boucle pour randonner autour du rocher.

Voir sur la carte

Bois de Païolive

Les Vans > Bois de Païolive
Forêt de chênes rouvres, le Bois de Païolive s'étend sur 15 km² au Sud-est des Vans, l'ensemble du site est étendu aux Gras de Lablachère, jusqu'à Joyeuse et Saint-Alban-Auriolles. Le bois est un territoire naturel remarquable et possède une biodiversité exceptionnelle (arbres, flore, faune). Restez discrets lors de vos balades afin de ne pas trop pertuber les différents habitants de cette zone naturelle sensible. Il est important de veiller à ne pas bouleverser ce que nous offre la nature. L'alliance de la roche et du végétal dans ce lieu sauvage et mystérieux, suscite l'imagination chez les petits comme les grands... Façonnées par les eaux de pluie à l'époque jurassique et crétacée, les roches blanches du "Bois des fées" forment un chaos calcaire surprenant et mystérieux où vous aurez le plaisir de rencontrer une " tortue ", un " éléphant ", un " ours " ou encore un " lion " au cours de vos aventures ( Natura 2000 ). Le Bois de Païolive fut sous Richelieu un refuge pour les protestants et les bandits de grand chemin. Gardez à l'esprit que vous vous trouvez sur un site classé et sur des propriétés privées, discrétion et respect seront votre meilleur pass. Petites randonnées de 1,5 km , 4 km et 5 km, en vente à l'Office de Tourisme : 2 € Site de l(association Païolive : http://www.les-vans.com/commerces-et-services-sud-ardeche/asso-paiolive-ermitage-st-eugene-les-vans-ardeche-2657.php

Voir sur la carte

La Roche Matiole

Saint-Martin-en-Haut > Le Kaiser
Cette roche attire la foudre car un fort courant tellurique souterrain la traverse. Afin d'assurer la protection des habitants et de leurs troupeaux, les Druides venaient y adorer le feu, leur Dieu, et y célébrer leur culte. En revenant à 50 m, sur la droite, un petit mur en pierres sèches mène à un site mégalithique avec une importante table dolménique.

Voir sur la carte

GORGES DU BES

Gorges impressionnantes dans l’une des régions les plus sauvages aux confins des hauts plateaux d’Aubrac et de la Margeride.

Voir sur la carte

Gouffre Jean-Bernard

Samoëns > Rue de la GareVillage
Le haut massif karstique qui domine Samoëns renferme des réseaux souterrains d’une exceptionnelle envergure ! Avec ses 1602 mètres de profondeur, le gouffre Jean-Bernard est resté pendant longtemps la plus profonde cavité dans laquelle soient descendus les spéléologues. Son exploration, menée sur plusieurs générations par les Lyonnais du groupe Vulcain, a constitué une aventure d’envergure sportive, scientifique et humaine. Il leur a fallu plusieurs années de tâtonnements avant de découvrir le fameux gouffre V4, véritable couloir vers les profondeurs, donnant accès à la rivière souterraine qui s’écoule sous la montagne du Folly. Mesurant l’importance de leur découverte, les membres du groupe Vulcain ont investi une énergie extraordinaire, pendant plus de quinze années, pour procéder à l’exploration systématique du réseau et de ses multiples entrées. Durant l’hiver 1982, le groupe décrochait le record du monde de profondeur, en finissant l’exploration des galeries, à l’aval des siphons terminaux, avec le renfort de deux plongeurs. La planète entière entendait parler de Samoëns, du gouffre Jean-Bernard, et de l’exploit réalisé par les Vulcains. Depuis, le réseau est entré dans la légende. On le désigne quelquefois comme un Annapurna de la spéléologie, et c'est un titre amplement mérité. Si depuis 1982, le gouffre s’est vu relégué en quatrième place des plus grandes cavités mondiales, il demeure un lieu mythique, ses grandes profondeurs n’ayant pour ainsi dire jamais été revisitées depuis l’expédition de 1982. Si l’exploration des parties profondes du Jean-Bernard ne peut être réalisée qu’au cœur de l’hiver et au prix d’une logistique lourde, il est possible d’y réaliser des sorties en d’autres saisons… Mais qu’on ne s’y trompe pas : la découverte de ce grand gouffre, aux profondeurs abyssales, où la température n’excède jamais les quatre degrés, est rigoureusement réservée à des spéléologues chevronnés et parfaitement entraînés.

Voir sur la carte

Cirque du Fer à Cheval

Sixt-Fer-à-Cheval > Chef-lieu
Jumeau du Gavarnie pyrénéen, c'est le site le plus visité et le plus connu de Sixt Fer à Cheval. Bouclant l'Est de la vallée du Giffre, c'est un immense amphithéâtre calcaire de 4 à 5 km de développement, dont les falaises escarpées peuvent atteindre de 500 à 700 m de hauteur. C'est le plus grand Cirque montagneux alpin. Dominé par la Corne du Chamois. Il s'appuie sur les flancs découpés du Tenneverge (2985 m). Au mois de juin, on compte plus d'une trentaine de cascades jaillissant des parois.

Voir sur la carte

Réserve des Aravis

La Clusaz > Milieu montagnard
Elle s'étend actuellement sur 3747 ha dont 629 pour La Clusaz. Lors du dernier comptage, on dénombrait à La Clusaz pas moins de 600 chamois. On peut aussi y rencontrer des bouquetins, marmottes, renards, blaireaux, sangliers, chevreuils...

Voir sur la carte

Source Intermittente et Parc Thermal

Vals-les-Bains > Parc du Casino
Le jardin public est traversé par une rivière en plein coeur urbain. La faible dénivelée du terrain permet une douce promenade sous des arbres majestueux. En observant les hautes tiges, on peut faire le tour du monde. D’arbre en arbre, on voyage en Espagne, au Mexique, au Liban. On visite les Amériques, l’Inde, l’Atlas... et les régions de France méditerranéennes, provençales, cévenoles... Source Intermittente qui jaillit toutes les 6 heures environ : - en été : 11h30 - 17h30 - 23h30 et 5h30 - en hiver : 10h30 - 16h30 - 22h30 - 4h30

Voir sur la carte

Les Pertes de la Valserine

Bellegarde-sur-Valserine > Départementale 1084
Attention : FERMETURE SUR UNE PARTIE DU SENTIER Suite à des dégradations le sentier des berges de la Valserine est fermé jusqu'au 20 juin sur la portion comprise entre le viaduc SNCF (accès centre-ville) et le barrage de Métral. Deux accès aux Pertes de la Valserine restent possibles : •Accès depuis la RD1084 (direction Lyon) •Accès depuis la Voie du Tram (direction Lancrans).

Voir sur la carte

Observatoire de l'Etang des Aigrettes

Sur les rivages du Lac du Bourget, dans sa partie sud, un espace naturel protégé abrite de nombreux animaux et végétaux des milieux humides. 2 observatoires permettent la découverte de cet environnement. L'accès à l'observatoire des Aigrettes est libre.

Voir sur la carte

Grottes de Balme

Les Carroz-d'Araches > Route de Balme
Plusieurs entrées de galerie s'offrent aux guides, une retenue d'eau dès l'entrée de l'une des galeries, puis des siphons, et enfin des salles merveilleuses dont nous ne citerons que la Salle des Cloches et la Salle du Voile de la Mariée...

Voir sur la carte

LES CASCADES DU SAUTADET

Travail d'érosion de la rivière la Cèze qui a donné naissance à d'insolites et spectaculaires cavités appelées marmites. Site dangereux, d'accès pédestre règlementé. Baignade interdite.

Voir sur la carte

LES LACETS DE MELAIRE - LA PETITE SUISSE

Dans le canton de Poissons, à partir de Montreuil sur Thonnance, vous trouverez sur quelques kilomètres la route des lacets de Mélaire.C'est le caractère accidenté de ce circuit qui a valu au site le nom de Petite Suisse. la petite Suisse se visite aussi après avoir traversé Poissons en venant de Joinville. le calme du Vallon que traverse la route pour atteindre les collines percées de trous de mines, vestiges de l'extraction du minerai de fer, permet de mieux garder les images du superbe village de Poissons en permanente rénovation.

Voir sur la carte

Gerbier de Jonc

Saint-Martial > Gerbier de jonc Commune de Saint Martial
Volcan en aiguille de lave refroidie depuis bien longtemps,Le Gerbier de Jonc, posé tel un cône sur le plateau ardéchois, est avec le Gouléïou situé dans le cirque des Boutières l'archétype des sucs phonolitiques de ce territoire. Du Gerbier de Jonc et des reliefs phonolitiques environnant, surgit le plus long fleuve de France : la Loire dont ils dominent les sources de 150m. Issu d’un volcanisme ancien (10 à 5 millions d’années) le Mont Gerbier-de-Jonc constitue une véritable pomme d’arrosoir. De toutes parts l’eau s’en échappe, versant Sud (Sainte Eulalie) vers l’Atlantique, versant Nord (Saint Martial) vers la Méditerranée. Par son relief, ses conditions climatiques et substrats particuliers, ce site offre une exceptionnelle richesse faunistique et floristique en plus d’un paysage grandiose. De nombreuses espèces remarquables et souvent menacées ont été recensées. (informations apportées au tryptique). Un sentier permet d’atteindre le sommet de ce suc célèbre randonnée : ascension 1h30 aller et retour, site pentu et rocheux), un autre sentier de 3 km vous permettra de découvrir les autres particularités du site : de « l’authentique » à « la véritable » source de la Loire, en passant par la « source géographique ». - Ce site classé est aussi une étape du sentier de découverte de la Vallée du Pradal. La forme ramassée du Gerbier est liée à la nature très pâteuse de la lave émise à des températures de 600°C à 800°C. C'est un dôme construit lentement et progressivement, il y a environ 7 millions d'années, à partir de l'ascension du magma à travers les failles et cassures du socle (substratum). Au fur et à mesure de cette croissance, la lave du pourtour se refroidit, devient cassante, ce qui entraîne l'apparition de profondes et larges fissures ainsi que le débit du dômes en dalles très massives à son pourtour. La fragmentation et la chute de ces roches sont à l'origine des éboulis qui enrobent la base du relief.

Voir sur la carte

CASCADE DU FRANQUET

La cascade du Franquet située sur la commune de Saint-Alban-sur-Limagnole et alimentée par la rivière Limagnole s'écoule entre les chaos granitiques si caractéristiques de La Margeride. Au sommet on note les vestiges d'une ancienne tour de guet. Un sentier balisé accessible à pied ou à VTT conduira les amoureux de la nature dans ce lieux qui vaut le détour.

Voir sur la carte

LAC DU MOULINET

Dans un cadre plaisant, la retenue du Moulinet situé à proximité de Marvejols présente un caractère familial et paisible. De petite profondeur, ce lac est ouvert à la pratique de la pêche, de la baignade et des sports nautiques.

Voir sur la carte

Lac de Machilly

Machilly > à coté du practice du lac (golf)
partez à sa découverte sur un chemin entièrement balisé et accessible à vélo, à pied et par endroits aux personnes à mobilité réduite. Au fil de cette promenade, découvrez une faune, une flore et des sites exceptionnels. Carte du Chemin du Foron disponible à Annemasse Tourisme.

Voir sur la carte

RESERVE NATURELLE DE LA FORET DE LA MASSANE

Banyuls-sur-Mer > 1, quai Racovitza Laboratoire AragoBP 44
Créée le 12/08/1973 - 336 hectares La Réserve naturelle nationale de la forêt de la Massane est une réserve naturelle (RNN 6) essentiellement forestière, créée par décret. C'est un des rares exemples de forêt ancienne en France, souvent présenté comme pouvant donner une idée de ce que pourrait être une forêt primaire de montagne pyrénéenne. La réserve est située tout à fait à l'est de la chaine Pyrénéenne dans le massif des Albères, dans le département des Pyrénées-Orientales, dans le bassin de la Massane (petit fleuve se jetant dans la Méditerranée). La forêt de la Massane est aussi nommée « forêt des Couloumates ». C'est une des premières réserves créées en France.

Voir sur la carte

Iles et Lônes du Rhône

Forêt alluviale, sillonée de lônes, ces bras du Rhône sont souvent asséchés et envahis par la végétation. Ces anciens bras du Rhône, réhabilités, sont des milieux originaux accueillant des espèces rares liées aux milieux humides. Cet espace de nature sauvage est un formidable exemple d’une reconquête de la nature après de fortes perturbations industrielles et urbanistiques. Il est le fruit d'une mobilisation exemplaire, celle des élus des communes riveraines, pour enrayer le processus de dégradation des îles et lônes du Rhône, fortement marquées par la construction du barrage de Pierre-Bénite et l'emprise des activités économiques. Avec la création du "Syndicat Mixte du Rhône des Iles et des Lônes" en 1995, étaient posées les bases d'un ambitieux projet de réhabilitation poursuivant trois objectifs : retrouver un Rhône vif et courant, renouer des liens étroits entre les hommes et le fleuve, et préserver l’espace naturel. L'histoire de la préservation et de la mise en valeur de cet espace de nature sauvage au sein même de l'agglomération lyonnaise est celle d'une démarche unique en France qui constitue une référence à l'échelle européenne. Suite à l'augmentation du débit du Rhône naturel et à la restauration de trois anciennes lônes (1999), le site était aménagé pour l'accueil du public et des scolaires (2001). Un contexte dès lors idéal pour favoriser le développement des activités pédagogiques, et faire aujourd'hui de l’Espace Nature des Iles et Lônes du Rhône l'un des principaux centres d'éducation à l'environnement de Rhône-Alpes.
Hôtels non classé